Les Ancêtres, les Esprits et Vous

Les Ancêtres, les Esprits et Vous, vous les « Petits fils de Madagascar ».
Depuis quelque jour, je parcours cette page Facebook et je m’aperçois que beaucoup d’entre vous, à la Réunion, avez des manifestations d’ancêtres ou d’esprits Malgache et ne savent pas quoi faire.
J’ai loin d’avoir la science infuse sur tout ce qui touche aux ancêtres, mais je souhaite par ses lignes vous faire part simplement de mon expérience personnel et de mon vécu.
D’abord je dirais qu’il faut garder à l’esprit que ce que vous ressentez n’ai pas obligatoirement bénéfique pour vous. Il est facile de comprendre si cela est bon par l’impression que vous laisse la présence de la chose à vos côtés. Si vous vous sentez bien, comme sur un petit nuage, plein de béatitude, enfin que des choses positives alors là oui s’est bénéfique pour vous. Si c’est le contraire alors il faut trouver un exorciseur pour faire une analyse plus poussé.
Quoi qu’il en soit et avant tout, il faut vous respecter et respecter votre corps. Sans cette démarche vous n’arriverez à rien.
Pour commencer lorsque vous vous lavez, servez-vous toujours de deux serviettes. Une pour la tête et le visage et une pour le corps en finissant toujours par les parties génitales et l’anus. Pour faire simple du plus propre vers le plus salle.
Ensuite respecter les interdits de base, commun à la plus part de tous les ancêtres. Ne pas manger de porc, d’anguille, d’arachide (y compris l’huile), éviter les pommes de terre, le manioc, le gingembre. En gros toutes les parties comestibles des plantes poussant sous terre. Au bout de quelque jour votre corps sera propre. Lorsque votre ancêtre se manifesteras vraiment, il vous dira quel sont ses fady.
Si il y a une source, une plage une cascade près de chez vous, aller faire des ablutions. Généralement il y aura un coin ou vous pourrez prier en fessant vos offrandes : une petite pièce de monnaie (d’un montant pair deux centimes, 20 centimes…) du tabac, un peu de miel et une poigner de riz. Attention il y a souvent des jours spécifiques pour y aller. Si vous ne savait pas éviter le dimanche et le mardi. Le dimanche étant un jour lourd et le mardi un jour fady (certain dise que c’est le jour où ce repose les ancêtres). Je pense que sur place il y aura toujours quelqu’un pour vous aider. Les ablutions se font pendant la phase montante de la lune et de préférence le matin de bonheur au lever du soleil.
Mettez dans le coin le plus au nord-est de votre chambre une petite table ou vous y poserais une bougie, une assiette blanche et creuse. Dans l’assiette posez une petite pièce de monnaie de chiffre pair exemple 20 centimes ou deux euros. La somme n’a pas d’importance ce qui compte c’est le chiffre pair et de mettre la face ou est écris la somme vers le bas. Vous rajouté une pincé de terre blanche en poudre (de la craie) et un peu d’eau.
Pour prier les ancêtres, mettez une natte face à votre petite table, au nord-est donc et allumer la bougie. Vous porterais un lambahoany, et un haut blanc. Allumez un bâton d’encens, mettez-vous à genou face à la petite table, posez les deux coudes sur vos hanches les mains vers le ciel. Vous pouvez aussi mettre du « Bien être » sur votre poitrine. Commencez votre prière en disant : « Oh toi Seigneur, Oh vous les Rois, Oh vous les Ancêtres, vous qui venait dans nos maisons pour nous apporter le bonheur, la joie et l’amour soyez les biens venue nous vous accueillons les bras ouverts, le cœur remplis de joies avec honneur et respect. » Demandez ce que vous avez à demander ou dites ce que vous avez à leur dire. Puis finissez votre prière en disant : « Oh toi Seigneur, Oh vous les Rois, Oh vous les Ancêtres, nous vous remercions pour tous les bienfaits que vous avez pour nous et demandons à Dieu de vous bénir pour cela. » C’est la manière dont moi-même je prie. Lorsque vous avez fini attendais quelque seconde puis passez-vous les deux mains sur la tête. Tout en restant à genoux, buvez deux fois dans l’assiette et versez-vous un peu d’eau sur la tête. Vous pouvez faire boire et versé de l’eau sur votre conjoint, vos enfants ou les personnes qui sont à coté de vous et ont priez avec vous.
Vous pouvez prier tous les jours même les jours fady pour les Ancêtres. Les jours fady, le mardi et le dimanche, évitez juste de prendre des décisions importantes ou de faire de grosse dépense.
Pensez à lavez régulièrement votre assiette avec de l’eau et un peu de miel. Faite le plutôt en fin de semaine le vendredi ou le samedi matin.
Il m’arrive souvent aussi de prendre une douche froide le matin en restant debout puis de me mettre face au soleil levant pour me sécher.
Vous pouvez aussi, pour que votre journée se passe bien, prendre au lever du soleil cueillir les feuilles d’un arbre touché par le soleil, les mettre dans un verre d’eau et vous douchez avec. Passez-vous les mains sur le visage du bas vers le haut et sur les bras de l’épaule vers les mains en fessant une petite prière aux Ancêtres. Faite le aussi aux membres de votre famille.
En fessant cela vous respecterez vos Ancêtre et ils en seront heureux. Ce que j’écris n’est pas la formule universelle mais elle vous permettra de vous mettre en phase avec eux et ainsi de mieux les honorer. Vous pourrez aussi adapter tous cela par apport à ce que vous ressentez au fond de vous.
Gardez toujours aussi à l’esprit que tout le bien que vous ferrais aux autres vous sera remboursé un jour ainsi que tous ce que vous souhaiterais de mal vous devrais le remboursé un jour.
Un dernier conseil, pratiquez cela quelque semaine avant d’aller plus loin dans votre démarche, il ne faut pas précipiter les choses. Lorsque vous sentirais réellement le moment venue alors là rechercher une personne honnête et compétente pour vous aider. Attention au charlatan qui veulent juste profiter de la situation, demandé conseil sur cette page Facebook et recouper les informations que l’on vous donne, je suis persuadez que vous trouverais le bon conseil. Il n’ait pas obligatoire que votre Ancêtre souhaite être habillé, il se peut que le simple fait de le respecter leur suffisent.
La règle d’or est que plus c’est chère moins cela sera efficace et que les noms d’Ancêtre ronflant ne sont pas obligatoirement preuves de compétence en la chose. Dans la tradition Malgache on ne prononce plus le nom que l’Ancêtre avait durant son vivant, on lui donne un autre nom, donc ce qui se vante d’avoir untel avec eu ne respecte pas les fady des Ancêtres.
Les Ancêtres sont humble eux.
Prenez confiance en vous, relevez-vous et que dieu vous bénisse à tous et que les Ancêtres veillent sur vous.

Écris par jao .

Les 6 provinces de Madagascar

D’un point de vue administratif, l’île est découpée en 6 provinces (faritany). Ces provinces sont nommées en fonction de leur capitale :
1) Antananarivo (Tananarive)
2) Fianarantsoa
3) Toamasina (Tamatave)
4) Mahajanga (Majunga)
5) Toliara (Tulear)
6) Antsiranana (Diego-Suarez)

 

En 2004, le gouvernement a découpé le pays en 22 régions afin de décentraliser le pays et de permettre à chaque région d’acquérir une certaine autonomie.

(1) Province d’Antananarivo

La Province de Tananarive ou Antananarivo, est la province de la capitale de Madagascar, Antananarivo. Elle a une superficie de 58 283 km2. La capitale se situe en moyenne à 1 300 mètres d’altitude, 1 254 mètres (Avenue de l’indépendance) et à 1 448 mètres (le palais de la reine).
région d’Itasy (3)
région d’Analamanga (4)
région de Vakinankaratra (5)
région de Bongolava (6)

(2) Province d’Antsiranana

La Province de Diego-Suarez ou Antsiranana, est une province de Madagascar avec une superficie de 43 406 km2. Sa capitale s’appelle Antsiranana. Bordée par le canal du Mozambique à l’ouest et l’océan Indien à l’est, Antsiranana se situe à l’extrémité nord de Madagascar.
région de Diana (1)
région de Sava (2)

(3) Province de Fianarantsoa

La Province de Fianarantsoa est une province de Madagascar avec une superficie de 103 272 km2. Sa capitale s’appelle Fianarantsoa. Elle est l’étape obligée sur la route du Sud, faisant à la fois partie des plaines de la côte est et des hautes-terres centrales. Fianarantsoa connait un climat caractéristique des Hauts plateaux et de la région Betsileo.
région d’Amoron’i Mania (14)
région de Haute Matsiatra (15)
région de Vatovavy-Fitovinany (16)
région d’Atsimo-Atsinanana (17)
région de Ihorombe (18)

(4) Province de Mahajanga

La Province de Majunga ou Mahajanga, est une province de Madagascar avec une superficie de 150 023 km2. Sa capitale s’appelle Mahajanga. Située à l’ouest de Tananarive entre Diégo-Suarez et Morondave, au bord du canal du Mozambique. C’est une grande ville qui possède plus de 250 000 habitants, sans doute la plus cosmopolite de Madagascar.
région de Sofia (7)
région de Boeny (8)
région de Betsiboka (9)
région de Melaky (10)

(5) Province de Toamasina

La Province de Tamatave ou Toamasina, est une province de Madagascar avec une superficie de 71 911 km2. Sa capitale s’appelle Toamasina. Située sur la côte est en bordure de l’océan, Toamasina qu’on appelle aussi Tamatave est à 367 km de la capitale Tana. Il y règne deux saisons principales : celle des pluies, la vraie et celle où il pleut, c’est-à-dire chaud et humide. Mais, cela est alterné souvent par un bel ensoleillement et des températures très clémentes.
région d’Alaotra-Mangoro (11)
région d’Atsinanana (12)
région d’Analanjirofo (13)

(6) Province de Toliara

La Province de Tuléar ou Toliara, est une province de Madagascar, la plus vaste avec une superficie de 161 405 km2. Sa capitale s’appelle Toliara. Située au sud-ouest de l’île, en bordure du Canal du Mozambique. Son plateau continental s’avance loin en mer, ce qui explique la particulière beauté de ses fonds marins et la fantastique richesse de sa faune sous-marine.
région de Menabe (19)
région d’Atsimo-Andrefana (20)
région d’Androy (21)
région d’Anosy (22)

 

Source :   http://madagascar-evasion.over-blog.com

 

Les esprits de la forêt « les KOKOLAMPY »

Pour les paysans d’Ambendrana, la forêt est le domaine des esprits des ancêtres, car beaucoup de tombeaux y sont disposés. Les ancêtres ont même, jadis, créé des limites à leur territoire. Ainsi, aujourd’hui, lorsque l’on se trouve dans les limites du domaine de ses ancêtres, nous sommes dans le domaine des fanahy, qui sont des esprits bienveillants. Les paysans n’ont donc aucun problème pour se rendre dans ces zones dont ils connaissent les moindres recoins. Par contre, si on s’aventure au-delà de ces limites, on est sujet à l’emprise des angatra. Ces derniers sont des esprits malfaisants qui peuvent être très dangereux et très redoutés par les villageois. On raconte que lorsqu’on est « pris » par un angatra, on perd la raison, et on se dirige dans n’importe quelle direction, se retrouvant ainsi quelques heures plus tard dans un endroit inconnu et sans aucun souvenir. À son retour, la personne ne reconnaît plus ni ses amis, ni sa propre famille ; elle a complètement perdu connaissance. Quand une personne se retrouve dans cet état, on dit qu’elle est atteinte du sia. L’angatra est aussi capable de transmettre une force surnaturelle, permettant aux gens de marcher sur plusieurs kilomètres en portant un lourd fardeau, sans être fatigués, toujours dans le but de désorienter la personne qui oublie tout du chemin qu’elle a parcouru. Les angatra les plus terribles et les plus redoutés sont ceux des Vazimba. On dit qu’effleurer une feuille qui appartient à leur domaine, suffit à se faire battre violemment tels des coups de bâton, jusqu’à la mort. Pour éviter d’être pris par ces esprits malfaisants, il faut leur rendre hommage en leur donnant du rhum local, mais on raconte qu’aujourd’hui, ils sont de moins en moins méchants, et de moins en moins nombreux. En effet, d’après les villageois d’Ambendrana, les angatra ont peur des vazaha. Comme il y en a de plus en plus, les angatra se cachent et ne sortent plus.

Il y a plusieurs sortes d’angatra, mais le plus connu est le kokolampy. Celui-ci serait le maître de la forêt (Moreau, 2002) et ses colères seraient terribles. À Ambendrana, le kokolampy est décrit comme un animal qui vit dans la forêt du coté de la falaise Tanala, que l’on n’aperçoit jamais, mais qui se manifeste par quelques expressions sonores. Lorsqu’on l’entend, il ne faut surtout pas lui répondre, et fuir rapidement sans lui manquer de respect, sans quoi il pourrait tuer. Pour confirmer ces faits, il paraîtrait qu’un soir, un habitant d’Amindrabe1 qui ne croyait pas à tout cela, a eu l’audace d’imiter et d’insulter le kokolampy qui chantait près de chez lui. Le lendemain tous les villageois sont partis chercher des écrevisses dans les rivières mais au retour, cet homme avait disparu. Les villageois se sont donc mobilisés pour le retrouver et ont parcouru toute la forêt pendant deux jours, en vain. C’est alors que quelques jours plus tard, un promeneur le retrouva mort au fond d’une grotte. D’après les villageois, c’est le kokolampy, qui lui aurait fait perdre connaissance et l’aurait entraîné jusqu’ici où il serait mort.