Prière invocation aux Ancêtres

Prière d’invocation des Ancêtres
Dans la religion traditionnelle Malgache la prière, comme dans toutes les autres religions, la prière revêt une importance primordiale et son exécution suit une codification particulière. On ne peut pas parler de prière sans d’abord parler de la notion d’espace et d’orientation.
Il est important de signalé que dans la pensé malgache il y a deux manière de concevoir l’orientation. La première se base sur les points cardinaux on l’appelle les « zoron-tany » et la seconde est l’espace occupé par les points cardinaux les « fafy tany ».

Les destins mère « renimbitana » du système de l’astrologie malgache « le Vitana » sont placé sur les zoron-tany et les zanabitana les destins enfants sur les fafy tany. La notion d’espace, qui régis toute la structure social et cérémonial des malgaches ne s’exprime que par le zoron-tany, les points cardinaux. Dans la culture malgache la notion de globe terrestre se limite aux points cardinaux.
La personne qui fait la prière ou le kabary (discours) après avoir invoqué le créateur (Zanahary, Andriananahary ou Andriamanitra), les ancêtres et les esprits énumère les 4 points cardinaux
1. Andriananahary le créateur(s). Suivant les régions de l’île il invoque Zanahary ambony et Zanahary ambany, le dieu d’en haut et le dieu d’en bas. Ils peuvent être aussi Zanahary lahy et Zanahary vady, dieu homme et dieu femme. En générale on fait suivre par expression « Zagnahary nanao ny fofokaina » Dieu qui a créé le souffle de vie.
2. Les ancêtres sont eux cités en deux catégories.
1. Les ancêtres royaux, quand ils sont invoqués (ce qui n’est pas systématique), le sont immédiatement après Andriananahary.
2. Les ancêtres familiaux, sont cité en premier ceux de la ligné du père puis ceux de la mère du père, ensuite sont nommés ceux de la ligné du père de la mère et celle de la mère de la mère.
On invoque les ancêtres toujours en commençant par l’ancêtre fondateur de la ligné pour finir aux ancêtres commun les plus proche en terme de date de décès. Il faut garder en mémoire que chez les malgaches après la mort l’esprit du défunt garde le même statut social que de son vivant.

1. Les esprits ou les divinités. Celles qui sont cités sont les tsiny, les kolo et les kalanoro. Bien souvent les divinités sont symbolisées par les « lafy tany valo » qui pressente les huit directions : les quatre points cardinaux et les quatre espaces entre les points. Pour éclairer la chose on les places sur le même niveau que les destins mère renimbitana et les destins secondaires zanabitana. Nombreux sont ceux qui simplifie simplement en disant les zoron-tany efatra, les quatre points cardinaux.
Certain Ombiasy (devin-guérisseur) considère que tous les ancêtres dont on peut se souvenir font partis du domaine du vivant et tous ceux dont on ne peut se souvenir du domaine des esprits et des divinités. A cette vision les esprits et les divinités sont cités après dieu et avant les ancêtres.Nosy Komba

Bonjour tout le monde !

Soavina met ses dons de Médium-Guérisseuse à votre service pour répondre à toutes vos interrogations. Grande spécialiste des problèmes familiaux et professionnels, son expertise s’étend au-delà, elle vous guide dans toutes les situations de votre vie pour vous aider à arriver à un épanouissement personnel et professionnel.